EDD dans l'académie de Bordeaux
Historique et débats
Ressources
Etablissement en démarche de DD
Textes officiels
Actualités
Enseignement agricole

Genèse : de l'enseignement de l'environnement
à l'Education au développement durable

L'Education au Développement Durable est le fruit d'une lente maturation déterminée par l'évolution de la prise de conscience de notre société sur ces questions et par la structuration de la politique française relative à ce domaine. Quatre circulaires de l'Education nationale ont ponctué cette progression entre 1977 et 2014.

La nouvelle circulaire du 4 février 2015 abroge les précédentes tout en approfondissant les différents points valorisés dans les textes officiels antérieurs ; elle s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable 2015-2020. Cette circulaire vise à donner une nouvelle impulsion aux établissements scolaires en initiant « la mise en place d’actions concrètes permettant d’amplifier la dynamique d’éducation à l’environnement et au développement durable » et à les inciter à s’engager dans une démarche E3D.

La circulaire du 29 août 1977

En 1977, une première circulaire du Ministère de l'Education définit l'éducation à l'environnement (lien vers circulaire) entendu dans ses différentes dimensions c'est-à-dire « l' ensemble, à un moment donné, des aspects physiques, chimiques, biologiques et des facteurs sociaux et économiques susceptibles d' avoir un effet direct ou indirect, immédiat ou à terme, sur les êtres vivants et les activités humaines ». Cette éducation à l'environnement vise à permettre à l'élève de comprendre la nature et le monde qui l'entoure et d'agir de manière responsable au regard de son environnement.

Ce texte s'inscrit dans les grands courants naissants de réflexion sur la nature et l'environnement au sens large et les premières politiques qui marquent les années 1970. En France, nait le ministère de l'environnement tandis qu'au plan international se tient la conférence de Stockholm (1972) « Une seule terre » où Indira Gandhi, premier ministre de l'Inde insiste sur le lien entre pauvreté et dégradation de l'environnement. Au même moment, le rapport Meaddows évoque les limites de la croissance et le besoin de modifier les comportements humains pour aller dans le sens d'un développement plus respectueux de l'environnement et plus équitable. C'est également en 1972 que nait le programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

La circulaire du 8 juillet 2004

Les décennies suivantes sont marquées par le « Sommet de la terre » à Rio en 1992, puis en 1997 par l'élaboration du protocole de Kyoto relatif à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, cependant que dès 1988 les Nations unies créent le Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

En 1987, le rapport de l'ancien Premier ministre norvégien, Madame Brundtland propose une définition du « sustainable development », traduite en français par développement durable, qui fait désormais l'objet d'un large consensus tant au niveau national qu'international. Le gouvernement français élabore sa première stratégie de développement durable pour la période 2003-2008 tandis qu'une « Charte de l'environnement » est adossée à la Constitution dès 2004.

Après une expérimentation menée dans dix académies l'année précédente, l'année 2004 voit la généralisation de l'Education à l'Environnement pour un développement durable ou EEDD. La circulaire du 8 juillet (lien à établir) définit ses objectifs et ses approches en précisant que « L'éducation à l'environnement pour un développement durable ne constitue pas une nouvelle discipline. Elle se construit de façon cohérente et progressive tant à l'intérieur de chaque discipline ou champ disciplinaire (entre les différents niveaux d'enseignement), qu'entre les différentes disciplines (à chaque niveau) ».

La circulaire du 29 mars 2007

CIRCULAIRE N°2007-077 DU 29-3-2007
Tant au niveau national qu'international, les questions du développement durable se font de plus en plus présentes et pressantes car les problèmes s'aggravent et du fait du temps requis pour modifier les pratiques. Les rapports d'experts, sommets et négociations se succèdent à un rythme accéléré.

La réflexion menée à l'intérieur de l'Education nationale conduit à passer du concept d'EEDD à celui plus global d'Education au Développement Durable. L'approche, jugée jusqu'alors trop exclusivement environnementale, est recentrée pour prendre en compte les problématiques sociales et économiques qui constituent les deux autres piliers du développement durable. Il s'agit aussi d'intégrer « L'éducation à la solidarité et au développement ».

L'Education au développement durable (EDD) est donc définie dans une nouvelle circulaire datée du 29 mars 2007 qui insiste sur trois axes : la généralisation de cet enseignement dans les disciplines, la mise en place de démarches globales dans les établissements scolaires et la formation tant des élèves que des adultes (lien vers la circulaire de 2007). Prenant appui sur des connaissances scientifiques solides, favorisant les approches transdisciplinaires et l'implication dans des projets et actions concrètes, l'EDD se donne pour mission d'éduquer au choix le futur citoyen et de lui permettre d'agir en tant qu'acteur responsable de notre monde.

La circulaire du 24 octobre 2011

La troisième phase de généralisation de l’EDD prolonge, en les approfondissant les trois axes définis dans la circulaire de 2007. Elle souligne plus particulièrement le besoin d’un pilotage efficient afin d’assurer la continuité des orientations définies aux différents échelons géographiques (niveaux national, académique, départemental et de chaque établissement scolaire) et la cohérence entre les différents acteurs territoriaux porteurs d’une politique de développement durable.  Elle rappelle que les nouveaux programmes donnent une place plus significative aux problématiques du développement durable, tout au long du parcours scolaire de l’élève, et incite les écoles et établissements scolaires à y faire explicitement référence dans leur projet d’établissement. Elle renouvelle son souhait de voir se multiplier les démarches globales de développement durable au sein des structures scolaires. Enfin, cette nouvelle circulaire invite à élargir les partenariats en jouant sur la complémentarité des compétences, à intensifier la mutualisation entre acteurs, enfin à communiquer plus largement pour valoriser les actions engagées.

 Référentiel de mise en œuvre et de labellisation E3D - 29 août 2013

Ce référentiel s’adresse aux structures scolaires qui, dans le cadre de l’éducation au développement durable, décident de s’engager dans une démarche de développement durable. Il définit le cadre national dans lequel s’inscrit cette démarche, les enjeux de celle-ci ainsi que la manière dont les établissements peuvent recevoir le label E3D de l’éducation nationale. Il clarifie les principes communs sur lesquels chaque académie s’appuie  pour définir l’organisation de sa propre labellisation en tenant compte des particularités de son territoire.


 

© Administrateur du site 11/12/2017