Fiche Types de plan

 

Ressources                                                                                                         

CHAPRON, Françoise, PAJ, Marie-Paule (dir.). - Voyage au centre de la documentation.  – Magnard, 1992. – Les différents types de plan , fiche n° 93

TIMBAL-DUCLAUX, Louis.- La méthode e.S.P.R.I.t. – Retz, 1983. –

BARIL, Denis, GUILLET, Jean. – Techniques de l’expression écrite et orale. Tome1. 9e éd.- – Dalloz, 1996

NISHIMATA, Aline. – Commentaire de texte ou exposé sur un sujet de culture générale aux concours de la Fonction publique. –Gualino, 2000 ; - p. 16-17et p.31

 

Outils


Les différents types de plan

1/ Le plan dialectique

Thèse : défend un certain point de vue
Antithèse : apport d’arguments différents ou opposés
Synthèse : établissement d’une nuance

2/ Le plan : problème - causes - solutions

Enoncer le problème : faits précis, chiffres, arguments significatifs, des éléments
objectifs énoncés dans le sujet.
Causes : explications ou hypothèses d’explications
Solutions : remèdes, propositions d’action

3/ Plan inventaire

Classer les arguments par ordre d’importance et regrouper par thème
Savoir ménager les progressions du plus important au moins important

4/ Plan comparatif

Définition de 2 parties (2 axes) :
Développer chaque partie puis synthèse

5/ Plan explication

Illustration d’une formule ou d’un commentaire :

Explication de l’énoncé
Commentaire
Argumentation
Vécu Professionnel
Appréciation personnelle

6/ Plan suggéré par le sujet

D’après :
http://www.cadredesante.com/spip/article.php3?id_article=109

 

Quelques possibilités de plan

1. le plan dialectique : le plus connu !

THESE - ANTITHESE - SYNTHESE

Thèse : défense d’un certain point de vue sur le sujey

Antithèse : apport d’arguments opposés -->contradiction apparente

Synthèse : vérité moyenne, + nuancée, ou dépassement de la contradiction apparente par l’apport d’éléments nouveaux  (par ex : explication de la contradiction)

Eviter : la juxtaposition simpliste de 2 thèses opposées

            la synthèse inconsistante

2. le plan PROBLEMES - CAUSES- SOLUTIONS

Utilisé en journalisme, utile pour traiter les grandes questions contemporaines

3. le plan INVENTAIRE

 Eviter : de commencer par le + intéressant, de commencer par les arguments les plus forts

4. le plan COMPARATIF :

La réflexion naît de la comparaison de faits ou de concepts différents.

La comparaison peut s’effectuer de 2 manières :

            soit chaque élément de la comparaison constitue une partie et ladernière partie est une réflexion suggérée par la confrontation des faits ou concepts évoqiés dans les parties précédentes.

            soit l’opposition annoncée au début se poursuit jusqu’à la fin. Les conséquences sont tirées à la fin

5- le plan EXPLICATION-ILLUSTRATION d’une formule et COMMENTAIRE

6- le plan SUGGERE PAR LE SUJET :

Certains sujets imposent parfois un plan.

Du plan à la dissertation / P.Désalmand . - Hatier, 1977.- p.17-46
Le texte ci-dessus est un résumé des pages citées

 

Les types de plan

 1- Mise en garde

            1.1 Si des plans-types peuvent être proposés comme modèles, en règle générale aucun ne s'applique de manière mécanique aux situations concrètes que vous pouvez rencontrer : il convient de les adapter au cas par cas, en fonction de la stratégie discursive que vous désirez mettre en œuvre.

Il est d'ailleurs souvent nécessaire de croiser plusieurs plans-types pour parvenir à un résultat satisfaisant. Autrement dit, le plan n'est pas du domaine du prêt-à-porter, mais du sur-mesure.  

            1.2  La détermination du nombre de parties n'est pas non plus automatique, même si l'université continue souvent de demander un plan en deux parties (en droit, par exemple) ou en trois (en lettres). Le nombre de parties se dégage du parcours qu'emprunte votre écrit, de son idée directrice, en même temps que des éléments de contenu dont vous disposez.  

2- Un plan adapté à chaque situation

            2.1 Le plan pour informer

* Le plan additif

C'est le plus simple, mais aussi le plus fastidieux s'il ne se combine pas avec d'autres types de structure. Il consiste à ajouter les informations les unes aux autres, à énumérer plusieurs arguments qui vont dans le même sens et appuient une thèse. Il s'utilise surtout à l'intérieur d'une partie ou d'une sous-partie.  

* Le plan chronologique

Il décrit, informe ou analyse en suivant l'évolution temporelle.

Le plan chronologique linéaire part d'avant-hier pour passer ensuite à hier, puis à aujourd'hui, et conclut en envisageant éventuellement demain.

Le plan chronologique orienté peut choisir de présenter en premier lieu et de mettre en valeur une période déterminée, qui n'est pas la plus ancienne mais la plus significative, à un titre ou à un autre. Il n'examine qu'ensuite son passé (les causes) et son devenir (les conséquences).  

 Remarque : Le plan journalistique, lorsqu'il utilise la chronologie, le fait de préférence de manière inversée : il évoque le plus récent, avant de remonter le temps et de conclure en revenant au présent.

*Le plan thématique

II est pertinent lorsque le sujet qu'il traite peut être distribué en secteurs ou en catégories. Chacun des aspects ainsi retenus est examiné tour à tour.

Une étude des politiques environnementales pourra ainsi présenter tour à tour les aspects écologiques, économiques et techniques, sociaux et culturels de la question. Un dossier sur un pays envisagera l'histoire, la géographie (physique et humaine), les ressources naturelles, l'économie, la société, la culture, etc.

            2.2 Le plan pour analyser

*Le plan analytique

Il utilise largement des arguments de type logique. Il étudie une situation donnée, avant de remonter aux causes, puis d'envisager les conséquences. Il peut aussi, en dernier lieu, examiner les possibilités d'infléchir le phénomène observé, dans un sens ou dans un autre.

            2.3 Le plan pour discuter

*Le plan dialectique

C'est le plan traditionnel des dissertations et de nombreux travaux universitaires. Il présente successivement une thèse, puis son antithèse, pour proposer en un troisième temps une synthèse, qui est un dépassement de l'opposition entre les deux premières parties.  

 *Le plan de la. discussion professionnelle

Il est appelé FOR, SOP, ORA ou SPRI.

FOR : faits-opinions-recommandations.

SOP : situation-opinion-propositions.

ORA : observation-réflexion-action.

SPRI : situation-problème-résolution-informations.

 Dans tous les cas, la logique du plan est la même. Il convient d'abord d'exposer les caractéristiques d'une situation qui pose problème, de mettre en évidence les enjeux et de préciser les difficultés rencontrées. Le second temps est destiné à étudier les causes de cet état de fait, à faire part des différents points de vue qui peuvent être dégagés sur la question et à présenter les solutions envisageables. La dernière partie opère, quant à elle, un choix concret et argumenté entre ces dernières, fait des recommandations qui engagent l'auteur de l'écrit et précise les modalités pratiques de l'action proposée.

 Remarque : II est primordial, pour persuader du bien-fondé de l'opinion que vous adoptez et des solutions que vous préconisez, de présenter d'abord les autres points de vue et de les réfuter. Puis, lorsque vous exposez votre thèse, vous devez anticiper les objections qui pourraient y être opposées, les mentionner sous forme de concession, enfin les réfuter.

*Le plan pour confronter

Il présente et analyse les ressemblances, les différences et, éventuellement, les complémentarités entre deux ou plusieurs objets d'étude (situations, textes, etc.), pour proposer ensuite une réflexion ou une évaluation qui prolonge ce qui a été précédemment exposé.  

Adapté de : Pratique de la communication écrite / Jean Claude Constant  - Nathan

Ce texte est un extrait de la page web suivante :

http://www.btsac.com/SAVOIR-FAIRE/5-METHODES/Communication-METHODO-3.htm

 

  retour accueil

                                                                                                                                                                    
accueil     fiche suivante Prise de notes

juin 2005