Lestelle

AVANT LA BASTIDE
Des bourgs existent de longue date sur ces terres proches du Gave.

LA CREATION
Gaston II de Foix, dit le Preux, crée en 1335 la bastide de Lestelle (le nom veut dire étoile), toute proche de la frontière de la Bigorre. Située sur le chemin vicomtal, elle est un lieu de passage très fréquenté entre les vallées béarnaises (Ossau, Aspe) et la Bigorre permettant ainsi les transhumances.

LA BASTIDE
Dans la charte, le fondateur octroie " un pont de bois ou de pierre sur le Gave, un marché tous les 15 jours le vendredi " et la possibilité de construire les maisons en pierre, et son administration par quatre jurats. De hauts remblais entourent la ville et assurent sa défense ; il était prévu que le village soit fortifié et muni de portes mais rien n'a été fait. Les remblais sont encore visibles à l'est du village.
La place St Jean est une grande place carrée, entre deux voies parallèles qui se rejoignent en fuseau aux deux extrémités du village. Les voies secondaires sont orthogonales à cet axe majeur. De la bastide d'origine, il ne reste aujourd'hui que le tracé. Deux grandes voies parallèles (rues Gaston de Foix et Henri IV) coupées à angle droit par des "carrérots", forment l'infrastructure initiale qui est conservée. Au-delà de l'artère ouest se trouve une rue parallèle marquant l'emplacement des anciens fossés aujourd'hui disparus : c'est la rue du Maréchal Leclerc.

EVOLUTION MEDIEVALE
Le recensement de 1385 dénombre 32 feux.
Durant le XVème siècle, une chapelle Notre-Dame est édifiée dans le quartier de Betharram ; le sanctuaire est mentionné pour la première fois en 1493. Une tradition ou une légende indique que cette construction fait suite à la découverte par des bergers d'une flamme brillante dans laquelle une statue de vierge ne brûlait pas. La statue fut d'abord transportée dans l'église de la paroisse mais miraculeusement elle repartit à l'endroit où elle avait été trouvée. De nombreux miracles valent à Betharram le qualificatif de Terre Sainte au XVème siècle.

EVOLUTION POST-MEDIEVALE
En 1570, les protestants proscrivent le catholicisme en Béarn. L'église et le monastère sont détruits lors des guerres de religion par Montgommery. Le sanctuaire est reconstruit par autorisation de Marie de Médicis en 1614. En 1621, le prêtre Hubert Charpentier décide de construire sur les flancs de la colline un calvaire monumental. Il fait ériger quatre stations. La chapelle est achevée en 1652 et consacrée en 1661 (architecte Barthélémy de St-Martin, ossalois né à Louvie) ; 5000 catholiques participent à la première messe. Le pèlerinage est alors l'un des plus fréquentés du royaume jusqu'à la Révolution. Il semble que plus de 15 000 pèlerins par an venaient à Betharram au XVIIème siècle aux dires de St Vincent-de-Paul. Au XVIIIème siècle de nouvelles stations sont ajoutées pour proposer un chemin de croix complet. Détruit à la Révolution, le calvaire et ses stations sont reconstruits, notamment par le sculpteur Joseph-Alexandre Renoir. Aujourd'hui le calvaire accueille près de 50 000 visiteurs par an. En 1678 une crue subite du Gave emporte l'église paroissiale, construite alors en surplomb du cours d'eau. Les dégâts touchent aussi le cimetière et le pont. Les lestellois font reconstruire leur église en août 1679, mais cette fois sur un terrain attenant à la place ; elle est terminée en 1687. Un appentis est aussi construit pour servir d'école. Le pont en bois avait déjà subi deux destructions par des crues du Gave. En 1678, on décide de faire construire un pont en pierre en aval du premier site ; il a été terminé en 1687. Le séminaire de Bétharram est fondé en 1808.


Le pont de bois de Lestelle est emporté lors d'une crue au XVIIème siècle. Un pont en pierre est alors construit pour faciliter l'accès au sanctuaire.


Proche du gave, l'église initiale de Lestelle est emportée lors d'une cr
ue au XVIIème siècle. L'édifice est reconstruit au bord de la place.

Charte de Lestelle : Version française

Retour à la carte des Bastides