Labastide Clairence

AVANT LA BASTIDE
Au début du XIIIème siècle, la Navarre est chassée des côtes du Guipúzcoa. N'ayant plus d'accès à la mer, elle s'efforce de reconquérir cette ouverture vers le monde extérieur par l'Adour. La liaison de la Navarre avec l'Adour et Bayonne s'effectuait par l'eau. Or, des trois affluents de l'Adour (La Nive, la Joyeuse -ou Aran- et la Bidouze) c'est la Joyeuse qui, en territoire navarrais, s'approche le plus du fleuve. C'est dans ces conditions que Clément de Launay, gouverneur de Navarre, envoie en 1283 Jean de Bruay, châtelain de St Jean-Pied-de-Port, reconnaître le point extrême de la Joyeuse pour y édifier une Maison forte et pour consolider le lien entre la Navarre et les bateliers bayonnais.
Cette demeure est construite en 1284 à 1 km environ de l'actuelle bastide. On ignore son emplacement exact, mais son rôle de défense est bientôt jugé insuffisant.

LA CREATION
Louis Ier de Navarre décide en 1312 la fondation de " Bastida de Clarenza " sur le territoire de la paroisse d'Ayherre, pour assurer la sécurité du port fluvial et renforcer la frontière nord. Roi de Navarre depuis 1305, il devient roi de France deux ans plus tard sous le nom de Louis X le Hutin.

LA BASTIDE
" Louis, fils ainé du roi de France, par la grâce de Dieu roi de Navarre, comte palatin de Champagne et de Brie ; nous faisons savoir à tous présents et à venir que devant rester attaché aux pas de notre susdit père, nous concédons et donnons à notre nouvelle bastide Clairence devant être construite en notre royaume de Navarre les libertés, franchises et coutumes (ou de semblables à elles) que notre seigneur et père a accordées - alors qu'il tenait le comté de Bigorre à la nouvelle bastide de Rabastens. Ces libertés, coutumes et franchises que nous concédons sont les suivantes :
1 - Il est entendu que ne soit établi dans la ville par nous ou nos successeurs ni taille, ni droit de gîte ni questa et que nous n'y percevions aucune aide autre que celle que les habitants de la dite ville voudraient nous accorder gracieusement, sauf quand il s'agira d'une mesure générale pour toutes nos villes ;
4 - Que ni nous, ni notre bail n'arrêtions aucun des habitants de cette ville et ne nous leur fassions pas de violence et que nous ne saisissions pas leurs biens s'ils jurent de rester soumis au droit et donnent un garant…
16 - Que toutes les denrées comestibles importées dans la dite ville pour y être vendues ne soient pas cédées aux revendeurs avant d'être apportées sur la place...
32 - Si quelqu'un veut venir s'installer dans la dite ville et y avoir une demeure, qu'il soit libre comme les autres habitants et qu'il puisse le faire si cela n'est pas à notre préjudice. Après quoi, installé en une demeure ou sur une aire de la dite ville longue de 60 rasis (environ 25 mètres) et large de 20 rasas (environ 8 mètres) il aura à nous payer pour la Toussaint 3 deniers Tholosanos.
34 - Que le marché ait lieu le lundi de chaque semaine.
44 - Que les foires se tiennent dans la dite Ville à date fixe, à savoir pour la St Michel de Mai (8) et pour la St Martin de l'hiver chaque année...
Nous, tenant pour bonnes toutes les choses susdites ..., nous les voulons, tenons et confirmons à perpétuité... notre droit restant sauf dans les autres villes et n'importe quel droit d'autrui restant sauf en toute ville. Pour que cela soit ferme et stable, nous faisons munir de notre sceau les présentes lettres ".

Signé à Vincennes, dans le mois de juillet de l'année du Seigneur 1312.

La charte de fondation fait de La Bastide Clairence une ville royale. Elle fixe les droits, libertés et devoirs de ses habitants. Cette charte prévoyait un marché de quinzaine en alternance avec Garris et 2 foires annuelles de 15 jours, une en mai à la St-Michel et une en novembre à la St-Martin (marché de quinzaine : contradictoire avec le texte de la charte rapporté ci-dessus). La rue principale, rue Notre-Dame, part de la rivière, suit la ligne de crête, s'élargit à mi-pente pour s'ouvrir sur la place - où elle croise la rue Jésus - et monte jusqu'à l'église. Cœur du dispositif, la place des Arceaux est bordée de couverts et de maisons basques à colombages. Les plaza (emplacements à bâtir) ont une largeur de 6 mètres environ en façade.
Concernant le marché : A l'époque de la bastide, il devait y avoir des palissades en bois qui ont été remplacées par des murs en pierre ; on peut encore en voir certains qui maintenant ont un rôle de murs de soutènement. En 1313 est édifié sur la Joyeuse un moulin, Le Moulin de la Ville, et en 1375, un moulin fripier, le moulin de Foulon. l'Eglise Notre-Dame de l'Assomption est consacrée en 1315 par Arnaud de Puyana, évêque de Pampelune : seul monument en pierre à l'origine, le porche est d'époque. Particularités : ses cloîtres pavés de dalles funéraires.

EVOLUTION MEDIEVALE
Au XIVème siècle, la bastide compte une centaine de personnes, la plupart venant des régions voisines : 30% de Basques, 70% de Gascons et de " Francos ", et des pèlerins français de Compostelle qui s'y sont établis. La population comporte de nombreux artisans.

EVOLUTION POST-MEDIEVALE
La cité dépérit, son commerce décline et les habitants la quittent. Les notables n'ont pour seul recours que de demander de l'aide au roi.
Au début du XVIIème siècle, une importante colonie israélite de juifs séfarades en provenance du Portugal s'implante à La Bastide Clairence. Ils vont jouer un rôle important dans le commerce et la finance. Le village compte jusqu'à 70-80 familles juives. Au XVIIIème siècle le nombre des familles juives chute à 15. En 1785 il n'en reste plus que 6, la communauté disparaît complètement ensuite. Le cimetière israélite est le témoin de la présence de cette communauté. En 1898, Jules Auzi, artisan mécanicien, invente deux turbines qu'il installe dans l'antique moulin qu'il vient d'acquérir. Ces deux turbines qu'il fait breveter en 1905 permettent à la cité d'obtenir l'eau courante et l'électricité. Deux types d'architecture caractérisent les maisons actuelles :
- la maison à pignon (toit à deux pentes) avec une façade à colombages de couleur rouge ou vert, encorbellement, fenêtres à meneaux et linteaux gravés,
- la maison navarraise, rectangulaire, au toit à quatre pentes et munie d'une entrée principale cintrée.
Renouant avec son passé de village d'artisans, La Bastide Clairence favorise l'installation d'artisans d'art. Elle est membre de l'association " Les Plus Beaux Villages de France ".

Site de l'office de Tourisme : http://www.labastideclairence.com

Manifestations 2006 :
-
course pédestre en mai
- fêtes locales avec son encierro (lâcher de vaches dans les rues), fin juillet
- Marché Potier du Pays Basque, mi-septembre


L'allée couverte entourant l'église de La Bastide Clairence conserve des tombes. L'emplacement de l'église n'est pas modifié depuis la construction de 1315.


La Bastide Clairence est construite sur une crête descendant vers la rivière, en direction du port prévu sur la Joyeuse.

Retour à la carte des bastides