Assat

AVANT LA BASTIDE
L'occupation antérieure de cette région est prouvée grâce d'une part à l'oppidum d'Asson qui a livré des vestiges du premier âge de fer, et par le Camp de César situé à Artigueloutan. Le cartulaire de Lescar mentionne en 980 une cité du nom de Assal ou Assag, ce qui en fait l'un des plus anciens villages de la plaine du Gave. Au XIIème siècle, un château-fort en pierre est construit à proximité d'un gué sur le Gave de Pau emprunté par les passeurs de troupeaux lors des transhumances (de Rébénacq au Pont-Long).
La tour carrée du château du Durfort remonte sans doute à cette époque, le monument est propriété privée (corps de bâtiment de 1609). Deux églises sont aussi présentes : l'église St-Martin, dont on ignore l'emplacement, est détruite en 1117. Les ornements sont alors transférés dans l'église St-Sever. Cette dernière est à l'origine entourée par le cimetière.

LA CREATION
La bastide de Durfort est fondée à la fin du XIIIème siècle par Gaston VII de Moncade. Certains avancent la date de 1280. Il semble en effet que cette bastide soit antérieure à Nay (fondé en 1302). En 1391 elle est mentionnée comme "la plus ancienne bastide de Béarn ".
La bastide est édifiée en extension du village ancien d'Assat, sans doute pour protéger le gué emprunté lors des transhumances entre la Vallée d'Ossau et le Pont-Long (au nord de Pau). Cette fondation n'a pas un but défensif mais plutôt économique. En effet, la situation près du Gave en fait d'emblée une cité vouée à l'agriculture. On y cultive des céréales et du lin. Aucune trace de fortification n'apparaît ; toutefois des fossés la délimitent.

LA BASTIDE
La bastide est érigée près de l'église St-Sever d'Assat, au sud-est de l'ancienne agglomération qui entoure le Castéra d'Assat.
Le 3 janvier 1343, Gaston Fébus échange les serments traditionnels avec la Communauté. Le recensement de 1385 ne mentionne pas d'habitants. Mais en 1391, Gaston Fébus confirme les droits de la bastide et la rattache au village voisin et plus ancien d'Assat. L'actuelle " Place des platanes " est l'ancienne place publique de la bastide, prévue pour 14 emplacements. La totalité de la bastide tient dans un espace de 200m dont la rue Vieille est l'artère principale, et les limites les actuels chemins de Ruchelle, Lassus, Vignau et Prat. La " Rue du Village " mène à l'ancien bourg et à l'emplacement de l'église ancienne (disparue aujourd'hui), à côté du cimetière. La très petite taille de cette bastide explique que les rues deviennent sinueuses dès que l'on s'éloigne de plus de 200 m de la Place des Platanes : on rejoint alors des rues tracées sans lien avec le projet de la bastide.

EVOLUTION
En 1488, Catherine de Navarre vend la cité à Bertrand de Béarn. En 1515, ce dernier " met rente aux gens d'Assat les cent journaux de terres, terrains de pâture, saliguats du dit-lieu ". En 1598, la comtesse Catherine vend la maison seigneuriale au nord de la place à une famille qui prend le nom de Labastide.
Au XVIème siècle, Assat est, outre un siège du notariat, un fief protestant dans lequel régne une entente entre catholiques et protestants. Une charte de 1602 cite la " senhorie de Durfort, bastide d'Assat ". En 1606, la communauté d'Assat rachète les terres. En 1789, le cahier des griefs local déclare que le village se trouve être " capdeuil " de plusieurs paroisses. Une industrie textile pour le lin se développe à Assat au XIXème siècle. L'église St-Sever est reconstruite en 1863 au centre du village en réutilisant les matériaux de l'ancienne église. Elle abrite sept tableaux classés de l'Ecole espagnole et sévillane des XVIIème et XVIIIème siècles dont " Le repas d'Emmaüs " de ZURBARAN, une Marthe et Marie, un St-François d'Assise, deux St-Jérôme, un Christ en Croix et une Adoration des Mages dues à d'autres peintres du temps (Sueres, Mibala, Mora - restauration en 1989). Les deux châteaux Salle et Ribeyre datent du XVIIIème et XIXème siècles. Le pont suspendu a été construit au XIXème siècle au-dessus de l'ancien passage à gué sur le Gave.


La place des platanes d'Assat est plus petite que les places habituelles des bastides, peut-être parce qu'il s'agit d'une bastide ancienne.


Dès que l'on s'écarte de la bastide d'Assat, les rues sinueuses reprennent leurs droits. Ici une disposition des pierres utilisée pour renforcer la résistance des murs en galets.

Retour à la carte des Bastides