Votre navigateur ne supporte pas JavaScript. L'affichage de cette page risque de s'en trouver perturbé Canopé Académie de Bordeaux
Faire entrer l'école dans l'ère du numérique
Rechercher
Réseau CANOPÉ
Canopé Bordeaux
Dordogne Gironde Landes Lot-et-Garonne Pyrénées-Atlantiques

ARROU-VIGNOD Jean-Philippe, POIRIER Philippe, MATTA Ramuncho. Naoum : la musique de la préhistoire. Gallimard jeunesse : 2000. 33 p. ; 25 cm. (Musique de tous les temps.)

            Dans un campement Magdalénien, Naoum, 10 ans, prend la tête de la tribu en succédant à son père qui vient de mourir. Il doit guider sa tribu vers de nouveaux territoires de chasse, alors que l'hiver arrive. La musique, la danse et les chants sacrés lui permettront de trouver la bonne direction. Fiction complétée par une partie documentaire et un disque compact.

14,94 euros

A partir de 8 ans

Avis :
lecture utile en recherche documentaire, recommandée en lecture plaisir, en animation et par le scientifique

impression générale

analyse complète analyse scientifique analyse pédagogique

Impression générale :
Petit document à la présentation très soignée. La partie fiction est bien séparée de la partie informative qui apporte, à chaque page, des informations, illustrations et reconstitutions du mode de vie des Magdaléniens : paysage, habitat, expression artistique, instruments de musiques. L'originalité de cet ensemble réside surtout dans le plaisir procuré par l'écoute du CD qui présente une lecture en musiques : à chaque page, une pièce musicale différente, avec un titre et des instruments liés au moment de l'histoire. La mélodie semble cependant plus proche de " l'ambiance sonore " que d'une réelle composition. A la fin de l'album, un dossier de type reportage retrace l'aventure d'une classe patrimoine en Dordogne, qui a reconstitué et expérimenté le mode de vie de la civilisation Magdalénienne (repris de la revue " Gullivore ", des FRANCAS, éditée en 1988).

Analyse complète :
Il n'y a pas de structuration générale autour du texte. L'unité de base est la double page articulée systématiquement en trois grandes bandes horizontales bien séparées. Du haut en bas : le texte documentaire, alternant mode explicatif et interprétatif, entrecoupé de petits dessins ou photographies ; le texte de fiction et le dessin qui lui est lié. Cette mise en page facilite la lecture, permettant aux plus jeunes de ne découvrir que la partie narrative. Le documentaire apporte des éléments précis d'information à la fiction. Cette dernière bénéficie d'un texte bien aéré, avec une typographie claire. La partie documentaire s'adresse à des lecteurs plus âgés et se présente sous la forme de très courts textes affirmatifs illustrés de petites photographies en vignettes. Certains termes ne sont pas définis, mais le vocabulaire reste dans l'ensemble bien accessible. Le style s'y rapproche du reportage, la typographie est plus réduite que celle de la fiction. L'illustration, de bonne qualité, domine le texte à 75 %. Elle offre un bon équilibre entre le dessin de la fiction, riche, très chaleureux, avec des reconstitutions de scènes et de paysages, et les illustrations informatives de la partie documentaire. Ces dernières sont très complémentaires au texte.
Une importante partie documentaire est développée en fin d'ouvrage sur des pages de couleur verte, facilement repérables, et comporte :
- le reportage sur la classe patrimoine avec des photos de reconstitutions, où on peut retrouver des objets cités dans la fiction, et où un lien est créé entre le héros de fiction préhistorique et les enfants de cette classe.
- une chronologie assez détaillée du paléolithique supérieur (mais sans indication des termes paléolithique ou paléolithique supérieur)
- 1 page de lexique général de préhistoire de 8 termes.
- 2 pages d'explications sur les instruments de musique.
Les sources sont citées. L'information sur le compositeur, Ramuncho Matta, selon laquelle il aurait réalisé le design sonore du MNP (Eyzies) ne semble pas exacte.

Analyse scientifique :
Très rapide définition de la préhistoire, à la fin, où est regroupée la préhistoire végétale, animale et humaine.
Les définitions n'ont pas de lien direct avec le reste du livre.
p.5 : il aurait fallu préciser que l'interprétation de la présence de rites chamaniques n'est qu'une des hypothèses, basées sur des comparatifs ethnographiques.
p.7 : la percussion de deux silex ne permet pas de produire du feu. On peut, en revanche :
- soit frapper un silex contre un roche qui contient du minerai de fer (pyrite ou marcassite par ex.).Cette méthode provoque des étincelles chaudes qui permettront d'allumer l'amadou (champignon servant de premier combustible).
- soit faire tourner rapidement un bâton de bois dans un creux préparé dans un autre morceau de bois. Le frottement obtenu peut enflammer un peu de mousse sèche préparée à proximité.
p.8 : on a retrouvé certaines de ces traces sur les stalactites des grottes d'Isturritz. Les interrogations et incertitudes de la recherche scientifique sont globalement bien posées, considérant le format réduit du livre (p. 13, p.16-17, 30-31).
Le référent scientifique, présidant à la rédaction, n'est pas cité. Il en est de même pour les préhistoriens qui ont encadré ou conseillé la classe de nature.


Mots clés : musique préhistorique, archéologie expérimentale, Dordogne, époque magdalénienne, paléolithique supérieur, chamanisme.



75, cours d'Alsace-et-Lorraine - CS 91665 - 33075 BORDEAUX CEDEX - Tél : 05.56.01.56.70 - Fax : 05.56.81.63.67
©   23/09/2018