Actualités


Redécouverte du bébé néandertalien du Moustier

Présumé disparu depuis la Première Guerre mondiale, le squelette d'un nouveau-né néandertalien mis au jour au Moustier (Dordogne) a été redécouvert par Bruno Maureille, chercheur au laboratoire d'anthropologie des populations du passé, à Bordeaux.

Le squelette d'un nouveau-né néandertalien, disparu depuis 90 ans, a été retrouvé au Musée National de Préhistoire des Eyzies-de-Tayac, par un chercheur du laboratoire d'anthropologie de Bordeaux, Bruno Maureille. « Actuellement, c'est l'un des sujets néandertaliens, adultes y compris, le mieux conservé; certains ossements sont uniques, tels l'arc antérieur de la première vertèbre, un rachis cervical quasiment complet, la base du crâne, les germes des dents, les osselets de l'oreille... Le fait que ce soit un spécimen très jeune nous permet de savoir quels sont les diagnostics déjà en place à la naissance et qui ne dépendent pas du mode de vie. Le petit du Moustier démontre déjà ses différences, avec des maxillaires en extension, la forme particulière des os nasaux, la courbure postérieure des côtes et celle du radius. »

Le bébé fossile enterré il y a -40 000 ans devrait apporter encore bien des réponses : sur sa position dans la tombe, son régime alimentaire (par les techniques biochimiques utilisant les isotopes du carbone et de l'azote), etc. Mais les plus grands espoirs résident en la possibilité d'un prélèvement ADN pour comparer la variabilité des Néandertaliens et celle des Homo Sapiens Sapiens.

Depuis la mise au jour de l'enfant du Roc de Marsal (1) en 1961, le nouveau-né du Moustier est la plus grande découverte en ce domaine. L'affaire pourrait bien une nouvelle fois alimenter le débat sur l'éventuelle cohabitation ou non des Néandertaliens et des Homo Sapiens Sapiens, voire sur d'hypothétiques hybridations.

(1) Egalement propriété du Musée des Eyzies, qui possède donc les deux seuls squelettes de Néandertaliens immatures du monde.

Références
Maureille, B. Lost Neanderthal neonate found. Nature, 419, 33 - 34, (2002).

Plus d'infos :

l'article paru dans Le Monde du 05.09.02