Voir les autres fiches

GAY, Michel. Cromignon. L'école des loisirs : 1999. 39 p. ; 30 cm

            Une journée de la vie d'un petit garçon vivant au paléolithique supérieur. Cromignon connaîtra l'aventure de la chasse au mammouth qui inspirera sa création artistique.

12.50 euros

A partir de 5 ans

Avis:
Vivement recommandé en lecture plaisir,
recommandé en situation d'animation, en classe et par le scientifique.

impression générale

analyse complète analyse scientifique analyse pédagogique

Impression générale :
Cet album-documentaire, drôle et très sympathique, suit le schéma classique du petit héros dont on a bien besoin malgré son jeune âge, ce qui ne peut qu'engendrer une image positive de la part des jeunes lecteurs. Les couleurs pastel utilisées renforcent la vision plutôt poétique d'un petit bonhomme environné d'un monde glaciaire. Il est d'autant plus dommage que cet album véhicule des images dépassées de la préhistoire qui risquent de fixer des représentations erronées chez ses lecteurs.

Analyse complète :
De grands dessins occupent toute la double page, et permettent de comprendre facilement les aventures du petit héros. L'illustration est riche, mais sans informations parasites, d'un style assez dépouillé. Elle est en complète interaction avec le texte, qui se développe sur trois lignes au maximum en alternant narration des aventures du héros et réflexions personnelles. La typographie est bien lisible pour un jeune lecteur.
Si le choix de laisser deviner les visages a été particulièrement bien accueilli, il reste que la vision du groupe humain qui est donnée ici est beaucoup trop "primitive" par rapport à la période concernée. Il s'agit d'un campement de Cro-magnons, dont on sait que la complexité de la structure sociale se reflète dans les traces archéologiques. On n'en trouve aucun
indice, ce qui gâche l'effet d'ensemble.

Analyse scientifique :
Il est particulièrement dommage que les albums pour tout-petits continuent de véhiculer des images dépassées de la préhistoire, alors qu'ils s'adressent à des âges où se fixent les représentations.
p. 8 : l'outillage paraît peu élaboré considérant la période concernée.
p. 16 : le radis est mal choisi alors que le texte donne l'impression que c'est Cromignon qui s'exprime.
p. 20 : le langage "petit nègre" est déplacé, de même que la représentation du groupe de femmes, non structuré, à quatre pattes, sans chaussures etc… qui ne correspond absolument pas à ce que l'on connaît de cette époque. L'accent est mis sur l'aspect "primitif", et ça n'est pas très heureux.
p. 24 : les hommes partent à la chasse. Ils paraissent remarquablement peu habillés pour la température de l'époque. Leur dessiner des pantalons aurait été sans doute plus proche de la réalité. Et l'on voit fleurir l'inévitable massue, outillage privilégié depuis les représentations du 19è siècle, sans base archéologique réelle.
Un aspect positif dans le traitement de l'animal dont on souligne bien que tout sert, même la queue dont on se fait un pinceau.

Mots clés : paléolithique supérieur, chasse, art pariétal.